Garde à vue : un syndicat de police interpelle Fillon

Publié le par Le Blog du MRAP Fédération de Moselle

      Une des principales organisations syndicales de la police invite François Fillon à "revoir la politique du chiffre" s'il veut réviser le régime de la garde à vue. Ce dispositif est dénoncé par de nombreux avocats qui le jugent illégal au regard des normes de la Cour européenne des droits de l'homme et entendent demander des annulations en série.


Lors de l'inauguration de la maison d'arrêt du Mans, samedi, le Premier ministre a évoqué ce dossier en estimant qu'il était "nécessaire, évident de repenser ses conditions d'utilisation et son utilité".

Dans un communiqué, l’Union SGP-Police Unité regrette que François Fillon "n'ait pas prononcé un mot sur la source des gardes à vue, c'est-à-dire les interpellations policières".


Selon Nicolas Comte, secrétaire général du syndicat policier : "C'est le gouvernement qui impose des quotas d'interpellations (...) en mettant la pression sur les policiers par une politique du chiffre aveugle". L’organisation syndicale reproche au gouvernement de faire de la garde à vue, un régime qui a frappé plus de 500.000 personnes en 2008, un "indicateur essentiel de l'activité des services".


La garde à vue permet aux policiers de retenir une personne pour interrogatoire dans une affaire donnée pour une durée maximale de 48 heures, sauf régime d'exception pour des dossiers de terrorisme ou grande criminalité. régime normal, l'avocat a le droit de voir son client durant une demi-heure en début de garde à vue, sans accès au dossier ni aux interrogatoires. Cette règle a été condamnée par deux arrêts de la Cour européenne des droits de l'Homme en novembre 2008 et octobre 2009.


Sources : Agences

Publié dans Citoyenneté

Commenter cet article