Expulsion d'Aminata Diallo, 19 ans, lycéenne

Publié le par Le Blog du MRAP Fédération de Moselle


Suite à l'expulsion d'Aminata Diallo, une réaction du Réseau Education Sans Frontières de Moselle.


A bientôt Aminata !

   Jeudi 20 juillet, dans la plus grande discrétion, la jeune Aminata Diallo a été  embarquée à l'aéroport de Strasbourg pour Roissy d'où elle a été expulsée vers Bamako (Mali), malgré les protestations des passagers de l'avion.

Aminata Diallo, jeune malienne de 19 ans née en France, était scolarisée  en France depuis plusieurs années, et avait passé une bonne partie de son enfance dans l'hexagone. Elle ne  demandait qu'à terminer ses études auprès de son oncle, ancien mineur de fond qui la prenait sous son aile et qui est naturalisé français. Elle est  inscrite à la rentrée au lycée Jean De Pange à Sarreguemines en Terminale Economiques et Sociales.

Suite à la manifestation du RESF Moselle le mardi 18 juillet, lors de l'entrevue avec la Préfecture où la situation de la jeune fille a été évoquée, les représentants de la Préfecture nous avaient annoncé qu'ils allaient réexaminer le dossier et que nous serions tenus au courant de l’évolution. Depuis la Préfecture ne répond plus ! Il ne tenait pourtant qu’à la Préfecture de Moselle d'abroger l'Arrêté de Reconduite à la Frontière, au minimum la suspendre pour prendre le temps de réexaminer la situation. Au lieu de cela, les choses ont été précipitées, pour avoir le dernier mot ? Pour démobiliser et faire un «exemple » ? Mais c’est un bien mauvais calcul. Ils se sont bien gardés lors de l'entretien de nous dévoiler leurs plans obscurs, indignes de représentants de la République, pour gagner le réseau de solidarité de vitesse.

Aminata devait être libérée aujourd'hui à 16 heures 45. Hier après midi encore elle parlait encore de la fête qu'elle avait prévue de faire avec ses copines de Sarreguemines après sa remise en liberté. Le retour à la réalité a été brutal.

La Préfecture n’ayant pu obtenir de laissez-passer permettant l'expulsion au Consulat du Mali, le Quai d'Orsay a eu recours à des pressions diplomatiques et politiques sur le Consulat du Mali pour pouvoir expulser à tout prix Aminata. Le Quai d'Orsay a saisi l'Ambassade de France à Bamako pour se faire fournir les documents nécessaires au laissez-passer. Les pouvoirs publics sont passés outre les dispositions d’usage pour régler politiquement une situation où la régularisation allait de soi, et permettre
l'expulsion d'une gamine qui a dû se pincer pour savoir si elle ne faisait pas un cauchemar tant cette réalité est ubuesque ! Les moyens  mis en œuvre sont ridiculement disproportionnés par rapport à l'enjeu ! Quel but est recherché derrière ce qui s'apparente à une véritable croisade ? Aucune loi, aucune politique républicaine ne peuvent conduire à un tel déni d'humanité. Nous sommes inquiets devant la multiplication de ces situations où les familles et les jeunes sont les premières victimes dune politique devenue folle qui est menée de surcroît de plus en plus à l’ombre des citoyens. Loin de nous décourager, l'expulsion d'Aminata vient comme un signal nous interpellant pour accroître encore notre vigilance et notre méfiance des discours «humanitaires » de M. Sarkozy et de ses sbires qui cachent encore bien des mauvaises surprises.

Le Réseau Education Sans Frontières 57 appelle  celles et ceux qui refusent cette politique à faire part de leur indignation auprès du Préfet de Moselle et du cabinet du Ministre de l'Intérieur  et à entourer encore plus étroitement les familles et les jeunes menacés d'expulsion dans leur région avant que le pire n’arrive.
 
Fax Préfecture de la Moselle : 03 87 32 57 39
Fax Ministère de l’intérieur :01 40 07 21 09

21.07.2006


Publié dans Citoyenneté

Commenter cet article