Victime du Taser, victime de la « politique du chiffre »

Publié le par Le Blog du MRAP Fédération de Moselle

Communiqué du MRAP National

 

Victime du Taser, victime de la « politique du chiffre »

Une fois de plus, une fois de trop, le pistolet électrique communément appelé « Taser » a fait une victime. Un Malien âgé de 38 ans est décédé, dans la nuit de lundi à mardi, à Colombes (Hauts-de-Seine) après avoir reçu deux décharges de « Taser ». Une autopsie du corps qui aura lieu demain devra révéler plus précisément les Taser-1.jpgcirconstances de son décès, mais il est plus que probable qu’une double décharge d’une arme sous tension de 50.000 volts en est la cause ou l’une des causes principales.

Le jeune homme décédé à Colombes est ainsi devenu une nouvelle victime de la « politique du chiffre » à l’égard des sans papiers. C’est cette politique inhumaine qui, si la version des faits donnée par la police est exacte, a pu pousser ce ressortissant malien à se défendre avec l’énergie du désespoir. Une enquête impartiale devra établir toutes les circonstances de ce drame.

Le « Taser » a causé, selon Amnesty international en décembre 2008, 334 morts uniquement aux Etats-Unis. Quant à la France, il s’agit de la première victime enregistrée à mettre sur le compte de cette arme. 3.700 fonctionnaires de police et certains agents dans les prisons sont équipés de cette arme en France. En 2009, le Conseil d’Etat, annulant un décret de septembre 2008, avait interdit son utilisation par les polices municipales, considérant qu’elle était source de dangers et pas suffisamment encadrée juridiquement. Mais en mai 2010, le gouvernement en a à nouveau autorisé l'usage. Le MRAP demande solennellement au ministère de l’Intérieur de bannir définitivement l’usage du Taser.

Paris, le 30 novembre 2010.

Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples
43 bd Magenta - 75010 Paris - Tél. : 01 53 38 99 99
Site web : http://www.mrap.fr

 

Publié dans Actualités

Commenter cet article