"Route Irish", un film de Ken Loach

Publié le par Le Blog du MRAP Fédération de Moselle

Un film de Ken Loach (2010) avec John Bishop, Mark Womack, Andrea Lowe...

 

ROUTE-IRISH-affiche.jpgIl est rapidement apparu comme une évidence que la guerre en Irak menée par la coalition autour de l’armée américaine s’apparentait à une guerre économique au profit de quelques grands complexes militaro-industriels. Les plus pessimistes des altermondialistes ne pouvaient pas penser que l’Irak deviendrait le terrain de jeu de près de 160 000 agents de sécurité privés, censés assurés la protection des sociétés venues dépouiller le cadavre du pays. Ces agents bénéficièrent d’une totale impunité et rapidement commirent de nombreuses exactions.


Ces hommes n’étaient que des prolos anglais ou américains qui, une fois démobilisés de l’armée régulière, voyaient là une ultime occasion de se faire des salaires qu’ils n’avaient aucun espoir de toucher le reste de leur vie. Des soldats de fortune dont les cadavres revenaient discrètement au pays, souvent dans de grands cageots en guise de cercueils.


L’intelligence de Ken Loach est d’avoir évoqué ces hommes à travers l’univers qu’il connaît le mieux et dans lequel il excelle : ce milieu des classes moyennes et populaires du Nord de l’Angleterre. La guerre d’Irak et des dérives hallucinantes sont le fil directeur du film (on verra même des flashbacks se déroulant sur le lieu des combats), mais on ne quittera pas Fergus, un ancien SES de Liverpool revenu vivant de l’enfer alors que son copain Frankie est mort dans des conditions mystérieuses sur la Route Irish, probablement un des endroits les plus dangereux de la planète.


Route-Irish.jpgKen Loach réussit à mener un thriller politique palpitant tout en brossant le portrait magnifique d’hommes dont on comprend qu’ils seront à jamais brisés par leur expérience.


Route Irish a tout pour devenir le film emblématique d’une génération d’hommes perdus dans une guerre dont ils n’avaient pas compris les enjeux. Un film qui nous fait les dessous de ces sociétés de sécurité privées qui font des fortunes colossales (le PDG de Halliburton a gagné 43 millions de dollars en 204 !) sur le dos d’un pays exsangue et d’hommes un peu naïfs qui croyaient à la fortune facile et parfois à une certaine idée de la démocratie.

 

A Metz au cinéma Caméo Ariel à partir du 16 mars 2011.

 

(Synopsis : Caméo Ariel)

 


Commenter cet article