Pyramide de chaussures contre les mines et BASM

Publié le par Le Blog du MRAP Fédération de Moselle

Pyramides de chaussures

Samedi 24 septembre, dans plusieurs villes de France, l'association HANDICAP INTERNATIONAL avec le concours de différentes associations organise une initiative pour dire non à l'utilisation des mines anti-personnel.

 

Soyons nombreux  

Place de la Comédie à METZ

 SAMEDI 24 SEPTEMBRE 2011 de 10h à 19h

pour ériger ensemble une Pyramide de chaussures,

symbole du combat commun contre les mines antipersonnel

et les BASM (Bombes à sous-munitions) et soutien aux victimes.

 Vous avez des chaussures usagées que vous n'utilisez plus, venez faire un geste !

                                                                          

 

    

 

Informations et chiffres-clés sur les mines antipersonnel et les BASM

affiche_miniature.jpg

 

 

Plus de 80 pays et territoires pollués par les mines et les bombes à sous-munitions (BASM).
- Au moins 500 000 survivants d’accidents par mines antipersonnel et restes explosifs de guerre dans le monde.
- La plupart des accidents survient lors d’activités de la vie quotidienne.

Les mines antipersonnel sont composées d’une certaine quantité d’explosif contenu dans un corps, et d’un mécanisme d’amorçage destiné à provoquer l’explosion.  Enfouies dans le sol ou cachées dans la végétation, ce sont des armes d'attente déclenchées par les victimes elles-mêmes. Celles dites à effet de souffle sont activées par une pression directe de quelques kilos et sont à action locale. Celles à fragmentation sont activées par pression ou traction d’un ou de plusieurs fils pièges. Les éclats métalliques de ces dernières peuvent se propager sur une zone létale de 50 métres.

 


Infographie sous-munitions 02 f07e6b4c36Les bombes à sous-munitions sont des armes composées d’un conteneur regroupant jusqu’à plusieurs centaines de mini-bombes appelées sous-munitions.
Conçues pour être dispersées sur de larges surfaces, les sous-munitions atteignent inévitablement des zones civiles pendant les bombardements, provoquant une véritable hécatombe parmi les populations.
De plus, 5 à 30 % (voire 40 %) d’entre elles n’explosent pas à l’impact. Comme les mines antipersonnel, elles peuvent être déclenchées au moindre contact, tuant et mutilant pendant et après les conflits.

 

Une menace permanente pour les populations civiles
Les mines antipersonnel et les bombes à sous-munitions sont des armes aux caractéristiques techniques différentes, mais qui ont les même conséquences désastreuses sur les populations civiles : la mort, la mutilation, la dévastation, et ce même des années après la fin des conflits. C’est pour leurs conséquences humanitaires inacceptables que Handicap International s’est engagée dans leur éradication.


BASM - Etat des Lieux
- Pays et territoires pollués par les sous-munitions : 39
- Estimation du nombre de victimes : de 58 000 à 85 000 personnes 
- % de victimes civiles de BASM recensées : 98 %  dont 27 % des enfants.
- Quantités de sous-munitions déversées depuis 1965 dans le monde : au moins 440 millions
- Une utilisation fréquente en zones civiles.
- Etat des stocks de sous-munitions dans le monde : plusieurs milliards détenus par 72 Etats.
A eux seuls, les Etats-Unis en détiennent entre 730 millions et 1 milliard 
- Traité d'interdiction d'Oslo : au 1er juillet 2011, 109 pays signataires, dont 59 ayant ratifé et 86 Etats non signataires.

Les dernières utilisations de bombes à sous munitions :
- Les Etats-Unis : en Afghanistan de 2001 à 2002.
- Les Etats-Unis et le Royaume-Uni : en Irak en 2003.
- Israël : au Sud-Liban en 2006.
- La Russie : en Géorgie en 2008.
- La Thaïlande : au Cambodge en février 2011.
- En Libye : lors des conflits entre les rebelles et les forces de Kadhafi en avril 2011.

Mines antipersonnel - Etat des Lieux
- Pays et territoires pollués par les mines antipersonnel : 80
- Estimation du nombre de victimes de mine et de restes explosifs de guerre : un nombre en diminution, au moins 8000 recensées au début des années 2000 / au moins 5200 en 2008 et au moins 3956 en 2009.
- % de victimes civiles de mines antipersonnel recensées: 70 % 
- Etat des stocks dans le monde : plus de 170 millions détenus par une quarantaine d'Etats
Traité d'interdiction d'Ottawa : au 1er juillet 2011, 158 Etats signataires (dont 156 Etats parties), 37 Etats non signataires

Les dernières utilisations de mines terrestres :

3 Etats (non signataires du Traité d'Ottawa) auraient utilisé des mines antipersonnel :
 - Le Myanmar (Birmanie) aurait utilisé des mines antipersonnel en 2010 lors des affrontements entre les groupes ethniques armés et les forces gouvernementales.
- La Russie utiliserait régulièrement des mines antipersonnel en Tchétchénie depuis 1999, et en août 2008 en Géorgie. Pour la première fois, elle n'a pas été signalée comme utilisatrice en 2009.
- En Libye, des mines terrestres (antipersonnel et anti-véhicule) ont été utilisées en mars 2011.

 

- Financement mondial de l'action contre les mines: 622 millions de dollars en 2009
- Déminage : 17 Etats-parties ont fini leur déminage depuis l'entrée en vigueur du Traité
- Assistance aux victimes : constat d’un déficit continu en matière de soutien psychologique et de réinsertion économique des survivants. Cependant depuis 2009, des progrès ont été enregistrés dans quatre domaines : l'évaluation des besoins de survivants, la coordination de l'assistance aux victimes, l'inclusion des survivants, la qualité et l'accessibilité des services.

 

DITES NON A L'HORREUR DES MINES ET DES BASM !

 

+ d'infos : 

http://www.pyramide-de-chaussures.fr/


Publié dans Actualités

Commenter cet article