Identité nationale : la Préfecture de Moselle avait déjà innové

Publié le par Le Blog du MRAP Fédération de Moselle

   L'identité nationale est en vedette en ce mois d'octobre 2009 et Besson en charge de ce dossier s'active frénétiquement.  Ce thème n'est pas tout récent, comme en témoigne la lettre de l'UFAL de Moselle adressée en 2006 au Préfet de Moselle. Celui-ci faisait déjà du zèle sur ces questions de nationalité !


 

U.F.A.L. DE LA MOSELLE  - UNION DES FAMILLES LAIQUES DE LA MOSELLE

à Mr Pierre-René LEMAS Préfet de la Moselle PREFECTURE BP 71014 - 57034 METZ

AFF : Inscription de l’Association UFAL de la Moselle Longeville-les-St Avold le 28 Août 2006. Recommandé + AR

 

Le Conseil d’Administration de notre Association, suite au courrier transmis par notre Présidente, Me Weiler-Strasser à vos services compétents ( Mr Gérard Lafontaine) le 24 Aout dernier, se permet de vous saisir pour les graves motifs suivants :

Il est clair qu’au moment de son élection, le Conseil d’Administration de notre Association, a omis de s’intéresser aux origines de notre Présidente et à sa nationalité.

C’est donc de bonne foi que notre Conseil l’a élue à l’unanimité, trompé par sa bonne mine qui pouvait la faire confondre avec une authentique lorraine ou une française de souche.

Il est vrai que plusieurs départements ou régions sont présidés, au sein de l’UFAL, association familiale nationale régie par le Code de la Famille, par des personnes de couleur plus foncée et même avouons le franchement, par des gens de couleur, notamment sur les DOM-TOM.

En attendant que nos instances nationales mettent fin à cette dérive dangereuse et pour mieux protéger nos familles blanches et françaises, nous nous permettons donc de recourir à vos conseils car l’utilité de notre association ne pouvant vous échapper, il y a lieu à éviter tout blocage à son inscription.

En ce qui concerne la présidence :

Ne vaut-il pas mieux, prévoir de suite dans nos statuts que l’association ne peut être présidée que par une personne répondant à la couleur et à la nationalité que la Préfecture de la Moselle aura préconisées ?

De même, faut-il d’ores et déjà prévoir dans les statuts de n’accepter comme membre que des personnes ou des familles justifiant de leurs origines contrôlées par un organisme certifié par l’Administration ?

Récemment, le Sous-Préfet de Sarreguemines, a bien déclaré à la presse qu’il se sentait à l’aise « avec des Lorrains authentiques » ce qui implique, à l’évidence, une certification de cette appellation.

Nous désirons, naturellement, que les autorités préfectorales se sentent à l’aise avec nous et de ce fait, n’accueillerons plus à l’avenir que les « authentiques lorrains ».

En ce qui concerne l’actuelle présidente :

Les membres de notre association semblent quant même très attachés à cette personne.

En effet, bien que n’étant pas une sans- papiers, elle répond, cependant, aux trois derniers critères définis par le médiateur, Mr Arno Klarsfeld, pour sélectionner les étrangers dignes de rester en France tels que repris dans le Canard Enchaîné » de cette semaine, à savoir :

« que non seulement elle est mignonne comme un cœur mais elle est douée d’une grande sensibilité et vivacité d’esprit ».

Outre que notre association a intérêt à exploiter de telles qualités rares chez des étrangers, on note aussi qu’elle n’est pas très foncée. A peine teintée d’une couleur sable pale rappelant plus les plages du Nord que celles de la Méditerranée.

Ne pourrait-on donc, car pour être français, on en est pas moins humain, tenter de trouver une solution pour être agréable à nos membres, gens idéalistes et même quelque peu désuets pour prétendre encore prôner des valeurs républicaines ?

Notre Conseil d’Administration fait donc appel à toute votre mansuétude pour réétudier le cas de cette personne.

Ceci d’autant plus que, lors de votre prise de fonction, vous avez déclaré à la presse que vous aurez à cœur de défendre les droits de chacun.

Nous espérons que le terme « chacun » recouvre également aussi celui de « chacune » surtout lorsque la dite « chacune » a des origines non-françaises et qu’elle subit, à notre connaissance, depuis plusieurs mois des discriminations graves de la part même des autorités préfectorales.

Nous restons à votre disposition pour étudier toute autre suggestion de votre part.

En attendant, comme l’indique notre Présidente, qui, malgré ses origines connaît la loi française, ce qui démontre, pour le moins, son degré d’intégration, vos services n’ont émis aucune opposition dans le cadre de l’art. 61 du Code Civil Local.

Nous sommes donc fondés à croire que, sauf avis contraire de votre part et même en Moselle, nous restons libres de nous associer avec qui nous voulons et que notre Association pourra être inscrite conformément à la loi. Nous en avisons le Tribunal d’Instance.

Nous transmettons copie de la présente à l’UFAL nationale qui n’en manquera pas d’en faire le meilleur usage y compris en direction de la presse.

Ce que nous faisons aussi de notre côté auprès d’autres associations et syndicats.

 

Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de notre meilleure considération.

Pour le Conseil d’Administration de l’UFAL de la Moselle

Son Secrétaire Général  :  C. Neubauer



Publié dans Citoyenneté

Commenter cet article