Après les déclarations racistes de Marine Le Pen

Publié le par Le Blog du MRAP Fédération de Moselle

 

Fidèle à ses fondamentaux, la fédération de Moselle du MRAP lutte contre toute forme de racisme ou de discrimination.

                              

Les déclarations racistes de Marine Le Pen, assimilant les musulmans de France à des occupants, confirment la filiation du Front National avec cette droite fasciste qui, avant et pendant la première guerre mondiale, présentait les juifs comme des étrangers au sein de la nation. On en connait les conséquences dramatiques.

                      

La position de la fédération de Moselle du MRAP est claire : la rue appartient à tous, le droit d’y manifester ses opinions syndicales, politiques et confessionnelles est un droit constitutionnel dès lors que l’espace public n’est pas confisqué et reste à la disposition de tous.

                                                    

Si des prières collectives respectent ce droit elles ne peuvent être interdites. Si elles conduisent à interdire l’accès de la voie publique aux autres citoyens, croyants ou non-croyants, alors la loi ne peut laisser faire.

                             

Il convient à cet effet de rappeler que l’immense majorité des musulmans vit sa foi dans la sphère privée, loin des provocations. La stigmatisation de tous nos concitoyens musulmans par Marine Le Pen n’en est que plus inacceptable.

                               

Plus généralement tous les groupes humaines doivent bénéficier du droit à l’expression de leur croyance ou non-croyance. Dans ce cadre les musulmans ont droit à des lieux de culte, les mosquées.

                                    

Les campagnes de l’extrême-droite et d’une frange de la droite visant à interdire les édifices de prière des seuls musulmans sont des appels à la discrimination, elles doivent rencontrer la sanction des lois de la République. La seule contrainte qui s’impose aux lieux de culte, comme à tout édifice, est le respect du plan d’occupation des sols et la sécurité des personnes.

                    

Ces déclarations de Marine Le Pen ne sont que le chiendent qui prolifère sur le terreau d’un discours politique identitaire racoleur qui sévit bien au-delà de l’extrême-droite.

 

Fédération de Moselle du MRAP


Publié dans Discrimination

Commenter cet article