Le message de Wolfowitz pour la guerre en Irak

Publié le par Le Blog du MRAP Fédération de Moselle

Quatre ans après l’invasion de l’Irak, les manifestations dans les rues des villes irakiennes ont montré que le l’Irak reste toujours un pays occupé. Occupé, il faut s'en rapeller, pour des arguments falacieux, fabriqués de toutes pièces.On en sait un peu plus sur la fabrication de l'un des arguments

   Quatre mois seulement après les attentats du 11 septembre 2001, Paul Wolfowitz, alors vice-ministre de la Défense, a envoyé à l'un de ses collègues du Pentagone une note dans laquelle il demandait que l'on étudie les rapports entre le régime de Saddam Hussein et Al-Qaida. Dans cette note, qui a été rendue publique jeudi dernier, Wolfowitz avait écrit à l'un des officiels les plus élevés du Pentagone, Douglas Feith : "Il semble que nous ne faisons pas beaucoup de progrès dans nos recherches sur les liens qu'il pourrait y avoir entre l'Irak et Al-Qaida."

Utilisant le jargon du ministre de la Défense Donald Rumsfeld, il ajouta : "Nous devons à la SecDef quelques analyses sur ce sujet. S'il vous plaît, dites-moi quelle est la meilleure façon de procéder. Nous sommes pressés." Ce jour-là, l'homme qui est aujourd'hui le président de la Banque mondiale avait mis en route le mouvement qui allait mener à la guerre d'Irak, en poussant Douglas Feith à rapprocher Hussein et Al-Qaida – un rapprochement qu'à ce moment, déjà, la plupart des agences de renseignements estimaient être une erreur, rappelle le Los Angeles Times.

Un article paru dans Courrier International, 06.04.2007


Publié dans Proche et Moyen-Orient

Commenter cet article