Moyen-Orient : Condoleezza Rice ne veut toujours pas décevoir les israéliens

Publié le par Le Blog du MRAP Fédération de Moselle

Un article de Djamel Bouatta du quotidien algérien d’expression française Liberté. 28.03.2006

   La secrétaire d'État américaine, Condoleezza Rice, a appelé les Arabes, qui se réunissent aujourd’hui en sommet, à s'ouvrir envers Israël, en achevant sa tournée régionale. Par contre, il n’y a toujours pas de pressions sur Israël. 

La secrétaire d’État américaine s'est toutefois heurtée au refus du Premier ministre israélien, Ehud Olmert, d'engager des négociations avec le président palestinien, Mahmoud Abbas, sur un État palestinien, selon la radio militaire israélienne. Les pays arabes, dont le sommet se tient à Riyad, doivent relancer une initiative de paix d'inspiration saoudienne datant de 2002. Israël, après l'avoir rejetée, se dit aujourd'hui prêt à l'accepter, moyennant des modifications comme base pour des négociations de paix. Olmert compte sur les États-Unis pour faire les pressions nécessaires sur les pays arabes, plus particulièrement ses modérés qualifiés de quartette en comparaison avec le quartette international qui s’occupe des questions du Moyen-Orient, des négociations israélo-palestiniennes en particulier.

En prévision du sommet, les chefs de la diplomatie arabes ont décidé lundi de réactiver sans amendement ce plan qui prévoit une normalisation des relations avec Israël en échange du retrait israélien total des territoires arabes occupés depuis 1967, de la création d'un État palestinien et du règlement de la question des réfugiés palestiniens. Pour appâter les éventuels récalcitrants, Condoleezza Rice a annoncé avoir obtenu que Abbas et Olmert se rencontrent une fois toutes les deux semaines, assurant qu’elle viendra de temps en temps assister à leurs entretiens.

La collaboratrice de Bush n’a cependant pas fait preuve d’optimisme en estimant que le temps n'était pas encore propice à des négociations sur le statut final des territoires palestiniens de Gaza et de Cisjordanie ! “Nous n'en sommes pas encore aux négociations sur le statut final”, a-t-elle martelé depuis Jérusalem tout en affirmant que le président de l’Autorité palestinienne mérite vraiment d'être un partenaire pour la paix avec Israël, prenant le contre-pied d’Olmert qui avait accusé, dimanche, le leader palestinien d'avoir violé de façon flagrante ses engagements. Washington n’est toujours pas disposé à revoir sa position sur la mise en place du gouvernement palestinien d'union dirigé par Hamas, considéré  par lui comme une organisation terroriste.

Condoleezza Rice a déclaré à la satisfaction de ses hôtes israéliens que l’arrivée de Hamas à la tête du gouvernement palestinien avait compliqué la quête d'un règlement du conflit. Selon la radio militaire, des divergences entre Olmert et Mme Rice ont contraint celle-ci à revoir ses ambitions à la baisse. Le Premier ministre israélien a refusé d'engager des négociations avec les Palestiniens sur le statut final et a opposé un veto à une intervention américaine directe dans les négociations. “Il ne faut pas que les Américains nous sacrifient pour améliorer leurs  relations avec l'Arabie saoudite”, selon un proche d’Olmert, cité par la radio. Durant sa tournée régionale, la quatrième depuis le début de l'année, Mme Rice s'est aussi rendue en Jordanie et en Égypte. Son périple a coïncidé avec celui du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, qui veut tenter lui aussi de donner une impulsion au processus de paix.



Publié dans Proche et Moyen-Orient

Commenter cet article