Nouveau gouvernement palestinien : l'Union européenne pose ses conditions

Publié le par Le Blog du MRAP Fédération de Moselle

    La présidence allemande de l'Union européenne s'est déclarée samedi "prête à coopérer avec un gouvernement palestinien légitime qui adopterait une plate-forme reflétant les principes du Quartet", après la cérémonie de prestation de serment au Parlement du gouvernement palestinien d'union.

La présidence "salue" dans un communiqué la formation de ce gouvernement "conformément à l'accord signé à La Mecque le 8 février 2007, qui jette les bases de la réconciliation palestinienne".  L'UE se dit prête à "apporter de nouveau son soutien" au gouvernement palestinien, soulignant qu'elle "examinera avec soin la plate-forme et les actions du nouveau gouvernement et de ses ministres".

En Europe, seule la Norvège a rétablit ses relations politiques et économiques avec l'Autorité palestinienne, tout en appelant les Palestiniens à renoncer à la violence et à reconnaître le droit d'Israël à exister.

Le Quartet (Etats-Unis, Russie, Union européenne, ONU) exige, avant de lever le boycott contre le gouvernement palestinien issu des élections l'année dernière, que celui-ci reconnaisse Israël et les accords israélo-palestiniens passés, et qu'il renonce à la violence. Un gouvernement palestinien d'union regroupant les deux principaux partis, le Fatah et le Hamas, a prêté serment samedi après avoir été confortablement investi par le Parlement.

Au cours de la séance d'investiture, le président palestinien et chef du Fatah Mahmoud Abbas a tendu la main à Israël pour faire la paix alors que le Premier ministre issu du mouvement islamiste Hamas, Ismaïl Haniyeh, a réitéré le droit des Palestiniens à la résistance tout en promettant d'oeuvrer en vue d'instaurer une trêve.

Dans un texte en cinq points, l'Europe s'engage également "à poursuivre son assistance vitale (aux Palestiniens) au moyen du mécanisme international temporaire" et demande que "les recettes des impôts et des douanes palestiniens retenues par Israël soient débloquées".

Elle "exhorte" aussi le gouvernement palestinien à "soutenir tous les efforts destinés à la libération immédiate de Gilad Shalit", le caporal israélien capturé le 25 juin 2006 à la lisière de la bande de Gaza par trois groupes armés palestiniens, dont un dépendant du Hamas. L'UE demande par ailleurs "instamment la libération immédiate de ministres et législateurs palestiniens détenus en Israël".

Enfin, la présidence allemande se dit "convaincue" que le nouveau gouvernement soutiendra le président Mahmoud Abbas "dans le cadre du processus politique ravivé lancé entre les dirigeants israéliens et palestiniens afin d'engager d'importantes négociations destinées à mettre un terme à l'occupation qui a débuté en 1967 et à créer un Etat palestinien indépendant, démocratique et viable vivant côte à côte avec Israël dans la paix et la sécurité".

Source : AFP.17.03.2007



Publié dans Proche et Moyen-Orient

Commenter cet article