FN : polémique interne autour d'une affiche

Publié le par Le Blog du MRAP Fédération de Moselle

La vieille garde conteste le choix d'une «beurette» pour illustrer le thème de l'immigration.
Par Christophe Forcari. Libération 11.12.06
   Une affiche sème le trouble chez les colleurs du Front national. Aujourd'hui, l'atelier de propagande du parti d'extrême droite sort une série de six affiches consacrées à l'entreprise et au travail, au monde rural, à la famille, à la sécurité, aux retraites et à la protection sociale, ainsi qu'à l'immigration.
Pour illustrer cette dernière question, au coeur du programme électoral du FN, les responsables frontistes ont choisi la photo d'une jeune «beurette», «ou d'une jeune antillaise plutôt jolie», précise Eric Iorio, chargé de cet atelier.

Lors d'une réunion du bureau de campagne mi-novembre, cette photo et le slogan (tenu secret) qui l'accompagne ont fait dresser les cheveux sur la tête de la vieille garde frontiste. «Pour le moins inattendus et surprenants, ils ont été jugés non conformes au vieux fond idéologique du FN», résume un des membres du bureau politique. En clair : trop progressiste pour les barons du parti, et notamment les derniers représentants de l'aile catholique traditionaliste encore présents dans les coursives du Paquebot, le siège du FN à Saint-Cloud.

Ils jugent que la photo peut choquer une partie de l'électorat frontiste pas franchement favorable à l'assimilation ou à une quelconque forme d'intégration. Et préfèrent camper sur le traditionnel slogan : «La France, tu l'aimes ou tu la quittes.» «C'est vrai que l'affiche a soulevé un débat assez vif. Pour certains, cela ne correspondait pas à ce que les électeurs attendent du parti de Jean-Marie Le Pen», raconte un des membres du bureau politique.

D'autres préfèrent minimiser la polémique. «Nous passons notre temps à discuter de tout», explique un responsable frontiste. «C'est vrai que cela a suscité des interrogations prononcées chez certains, reconnaît Eric Iorio, mais sans que cela ne dégénère en polémique.»
En tout cas, ces bisbilles offrent une nouvelle occasion aux durs du FN de tenter d'écorner l'influence de Marine Le Pen, jugée trop moderniste, auprès de son père.



Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article