SIDA : le virus progresse toujours

Publié le par Le Blog du MRAP Fédération de Moselle


Revue de presse d’Anne Collet de Courrier International

 Chaque année, le 1er décembre, consacré "Journée mondiale contre le sida", vient rappeler que la maladie est là, qu'aucun vaccin n'a été mis au point et que l'évolution du sida est alarmante. Avec toutefois cette année quelques petites lueurs d'espoir.
   
"En dépit des avancées médicales et d'un consensus politique grandissant sur la nécessité d'agir, l'épidémie ne montre aucun signe d'apaisement, bien au contraire", avance le quotidien britannique The Independent, qui consacre son numéro du jour au sida. Depuis 1991, chaque 1er décembre est "une tentative de la communauté internationale de rappeler à l'humanité les dangers et les menaces apportés par la maladie", souligne le quotidien.

De son côté, Sud Quotidien rappelle que l'Onusida, l'agence onusienne de lutte contre le sida dans le monde, a dix ans. Le quotidien sénégalais note que dans son rapport annuel l'agence livre des chiffres et des informations toujours plus alarmants année après année. Mais, dans le marasme du monde et surtout de l'Afrique, quelques initiatives ici ou là méritent d'être signalées. Ce que fait The Independent.

"Le Sénégal, avec un 1 % de sa population contaminée, a le taux d'infection le plus bas de tous les pays de l'Afrique subsaharienne." Le journal britannique met l'accent sur le rôle que joue la scène musicale locale, l'une des meilleures de toute l'Afrique, où aucun concert ne commence sans un rappel des dangers de la maladie. Autre point positif, l'Ouganda, où le taux d'infection de la population a chuté de 11 à 6 %. Le Rwanda, enfin, a également marqué des points contre la maladie, parce que des milliers de personnes y ont accès à deux traitements antirétroviraux bon marché. "Pour moins de 1 dollar par jour, on peut les acheter dans n'importe quelle boutique au coin de la rue", note The Independent. De nombreux patients rwandais vivent aujourd'hui presque normalement. "C'est l'effet Lazare", disent les médecins sur place.

"Le dernier rapport de l'Onusida fait également l'éloge du programme brésilien de lutte contre le sida", rapporte le quotidien suisse Le Temps, qui raconte que la volonté politique et les pressions sur l'industrie pharmaceutique ont fait chuter les prix, permettant un accès facilité aux traitements antiviraux.

En Chine, enfin, et c'est une nouveauté, les autorités ont profité de cette journée mondiale pour annoncer le lancement d'une campagne nationale pour l'utilisation du préservatif, campagne qui ciblera surtout la population homosexuelle, rapporte le quotidien China Daily, qui rappelle que 650 000 personnes sont officiellement porteuses du virus.

Du côté de la levée des tabous, le chemin est encore long. Le quotidien algérien Liberté cherche ainsi à briser l'hypocrisie en rappelant que, même s'ils y contribuent, les rapports extraconjugaux ne sont pas les seuls responsables de la contamination. Mais l'hypocrisie à propos du sida n'existe pas qu'en terre musulmane : le quotidien Tribune de Genève a jugé bon de rappeler en titre que "le sida progresse à cause de l'adultère".

"Je suis optimiste sur le fait que nous trouverons un jour un vaccin, mais sûrement pas dans les deux ou trois ans à venir", signale Andrew McMichael, professeur à Oxford et leader de la recherche sur le vaccin contre le virus du sida au Royaume-Uni. Avec cette information, on peut gager sans risquer de se tromper que le 1er décembre 2007 ressemblera beaucoup à celui de 2006.


Publié dans Citoyenneté

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article