Proche-Orient : un pas vers la Paix ?

Publié le par Le Blog du MRAP Fédération de Moselle

Ehoud Olmert propose aux Palestiniens de s'engager "dans une nouvelle voie"
   
 "Nous sommes prêts à nous retirer de nombreux territoires en échange de la paix avec les Palestiniens", a déclaré, lundi 27 novembre, le premier ministre israélien, Ehoud Olmert. Alors que la trêve dans la bande de Gaza, conclue samedi par Israël et l'Autorité palestinienne, est largement respectée, il s'est également dit prêt à libérer des prisonniers palestiniens, en échange de la libération du soldat israélien Gilad Shalit, enlevé fin juin.

"Je vous propose de nous engager dans une nouvelle voie. Nous avons commencé avant-hier" avec le cessez-le-feu, a-t-il annoncé aux Palestiniens, lors d'une cérémonie à la mémoire du premier chef de gouvernement israélien, David Ben Gourion, dans le désert du Néguev. "Si un nouveau gouvernement est constitué chez vous et qu'il s'engage à appliquer les principes du Quartet, à mettre en œuvre la 'feuille de route' et à faire libérer Gilad Shalit, je proposerai à Mahmoud Abbas une rencontre immédiate, pour engager un dialogue ouvert, sincère et sérieux", a ajouté M. Olmert.

"UN ÉTAT PALESTINIEN INDÉPENDANT ET VIABLE"

"Dans ce cadre-là, et conformément à la 'feuille de route', vous pourrez créer un Etat palestinien indépendant et viable, avec une continuité territoriale en Judée-Samarie, un Etat qui aura une souveraineté totale, avec des frontières définies", a poursuivi le premier ministre.

Ehoud Olmert s'est également déclaré prêt à libérer des prisonniers. "En échange de Gilad Shalit, Israël est prêt à libérer de nombreux détenus palestiniens, y compris certains qui ont été condamnés à de lourdes peines",  a-t-il déclaré. Gilad Shalit a été enlevé le 25 juin, dans la bande de Gaza, par des groupes armés palestiniens. Dans le cadre de cet échange, Israël pourrait aussi débloquer des fonds palestiniens gelés.

L'accord de cessez-le-feu est entré lundi dans sa deuxième journée, en dépit de la chute, dimanche matin 26 novembre, d'au moins huit roquettes dans le sud d'Israël. Aucune roquette n'a été tirée depuis plus de vingt-quatre heures, et Israël a retiré son armée de la bande de Gaza. L'Etat hébreu a réaffirmé qu'il ne répondrait pas aux violations limitées du cessez-le-feu.

VIOLENCES EN CISJORDANIE

Le négociateur palestinien en chef, Saëb Erakat, a émis l'espoir que la trêve puisse être étendue à la Cisjordanie, où une nouvelle incursion de l'armée israélienne a fait deux morts, lundi à l'aube. "Nous voulons étendre l'accalmie à la Cisjordanie, mais la situation y est plus compliquée que dans la bande de Gaza. Nous y travaillons et espérons progresser dans les prochains jours", a-t-il indiqué.

Abdel Razek Nasser, un chef local des comités de la résistance populaire, a été tué lors d'un échange de tirs avec des soldats israéliens, à Kabatiyeh, selon des sources palestiniennes. Un Palestinien armé a également été assassiné. Par ailleurs, quinze Palestiniens du Fatah, du Hamas et du Djihad islamique ont été arrêtés dans la nuit de dimanche à lundi en Cisjordanie.


Source : LEMONDE.FR, AFP, 27.11.06

Publié dans Proche et Moyen-Orient

Commenter cet article