États-Unis : le gouvernement défend le principe de non-mixité à l'école

Publié le par MRAP Moselle


"L'administration Bush a donné aux écoles publiques toute latitude pour développer des classes non mixtes. Il s'agit de l'initiative la plus importante en matière d'éducation depuis la loi contre les discriminations sexuelles à l'école, adoptée en 1972", rapporte The New York Times. Les nouvelles réglementations annoncées par le ministère de l'Education faciliteront la création de "classes de filles" ou de "classes de garçons", à condition de n'y inscrire que des élèves volontaires. Ce concept d'éducation a été remis au goût du jour par George Bush quand, en 2002, il a lancé le projet éducatif intitulé : "Aucun enfant ne doit rester à la traîne".

"Le nombre d'écoles exclusivement réservées aux garçons ou aux filles est passé de trois, en 1995, à 241, aujourd'hui", précise le quotidien. Or il y a 93 000 écoles publiques sur l'ensemble du territoire américain. Donc, dans le cadre de cette nouvelle réglementation, "on risque la prolifération" s'inquiète Paul Vallas, responsable des écoles publiques de Philadelphie.

La demande grandissante pour ce type d'école – demande qui provient de la part la plus conservatrice de l'échiquier politique – a également reçu le soutien d'éducateurs de quartiers difficiles et de certains membres du Parti démocrate. Mais nombre de défenseurs des droits civiques et des droits des femmes condamnent fermement ces dispositions. "On a donné le feu vert au rétablissement de la discrimination dans les écoles", estime Marcia Greenberger, présidente du Centre national de défense des lois pour les femmes.

Selon certaines études, "les garçons seraient meilleurs en maths, et les filles excelleraient dans les matières littéraires. Donc, dans le cadre d'une éducation séparée, les filles ne resteront pas à la traîne en maths ni les garçons en littérature", estime Tom Caroll, président et fondateur d'une association de défense des écoles non mixtes d'Albany, dans l'Etat de New York, que l'Association de défense des libertés civiles américaines (ACLU) menace de poursuites.


...et pour la lecture, mieux que la méthode globale ou syllabique,
le Président Bush préconise la méthode à l'envers ! Renversant, non ?

Publié dans Discrimination

Commenter cet article