Une télévision plus colorée

Publié le par Le Blog du MRAP Fédération de Moselle

Un article de Guy Dutheil, dans l'édition du 26.10.06 du quotidien Le Monde.
   
La télévision s'ouvre peu à peu aux minorités
    Le Club Averroès devait remettre, mercredi 25 octobre, au président de la République et au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), le premier "bilan sur la diversité dans les médias audiovisuels français". L'association, qui a fait de cette diversité son cheval de bataille depuis 1997, distribue les bons et les mauvais points aux chaînes, un an après les émeutes urbaines de l'hiver 2005. Un an surtout après la rencontre à l'Elysée, le 22 novembre 2005, entre le chef de l'Etat et les dirigeants des principales télés privées et publiques.

Amirouche Laïdi, président du Club Averroès, se déclare "assez satisfait du travail réalisé et favorablement surpris par l'implication d'un certain nombre de grands patrons" de l'audiovisuel. Pour le Club Averroès, le bilan est donc "globalement positif", même si, "en matière de diversité dans les médias, nous partons de très loin", tempère l'association, qui dresse ainsi un bilan chaîne par chaîne.

ARTE épinglée
Après l'embauche d'Harry Roselmack pour la présentation du 20 heures sur TF1, le rapport constate que la rédaction de la Une est celle qui "compte le plus de collaborateurs issus de la diversité". La chaîne a aussi "évité l'erreur de l'ethnicisation du métier de journaliste et aucun d'entre eux n'est assigné à un type particulier de sujet". En revanche, le Club déplore "certains aspects de l'émission "Le droit de savoir" pour le traitement récurrent et souvent à sens unique concernant les banlieues".

Le rapport salue aussi les efforts de France Télévisions en matière de diversité, notamment après la lettre adressée par le PDG Patrick de Carolis aux producteurs d'émissions de divertissement. En revanche, le Club dénonce "la propension (de France Télévisions) à représenter la diversité sous le seul prisme de l'immigré ou de l'enfant d'immigré".

Pour le Club, Canal+ fait figure d'"ovni", car "presque toutes les émissions en clair ont choisi de dénicher de jeunes talents et, parmi ceux-ci, beaucoup sont issus de la diversité", souligne le rapport. M6 est aussi en pointe, la chaîne ayant "réussi le challenge de diversifier sa rédaction".

Enfin, Arte se fait épingler. Si Arte France "s'attache essentiellement à lutter contre toutes les formes de discrimination", la chaîne franco-allemande serait "la seule à ne pas disposer, parmi ses collaborateurs, de la moindre minorité visible à l'antenne". La toute nouvelle France 24 se fait également tancer. Le Club s'étonne "qu'aucun poste de responsabilité et/ou d'encadrement n'ait été attribué à une minorité visible", dans la chaîne internationale.


Publié dans Discrimination

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article