17° Festival du Film Arabe de Fameck

Publié le par Le Blog du MRAP Fédération de Moselle

Du 11 au 22 octobre 2006 aura lieu le Festival du Film Arabe de Fameck. Un festival qui s’est développé au fil des années en devenant un rendez-vous cinématographique et culturel incontournable sur l’Est de la France.

A l’affiche de ce 17° Festival, une trentaine de films de tous genres (comédie, drame, documentaire, film d’animation…) et de différents pays (France, Algérie, Palestine, Liban, Maroc, Egypte, Tunisie…)

En parallèle à ces projections, se dérouleront de nombreuses spectacles et animations :
- THEATRE, CONTES (Le Miroir Magique),
- DANSES (Escale musique et danse du Liban avec Lamia Safieddine et l’ensemble ASSIL…),
- CHANSONS (avec notamment la chanteuse palestiniene Kamilya JUBRAN…),
- CONCERTS (Souad MASSI, soirée Raï…)

14 salles des département de Moselle et Meurthe et Moselle accueilleront les projections ou animations proposées dans le cadre du Festival :

Voici comment Mario Giubilei, Président du Festival et René Cahen, Vice Président de la Fédération des Œuvres Laïques de Moselle nous parle de cette 17° Festival :

RENCONTRE DES CULTURES, UN ESPOIR DE PAIX

« En 17 ans d’existence du Festival du film arabe de Fameck, les périodes d’apaisement ont été rares dans les pays concernés par le Monde Arabe, et 2006 subit à nouveau les violences et les horreurs de la guerre.

Nous n’avons pas de vocation politique. A travers les centaines de films, et aussi de livres, grâce à nos contacts avec tous les pays, nous avons assisté, et tenté de rendre compte, des problèmes non réglés et des efforts vers des solutions : le poids du passé (qu’il s’agisse de la décolonisation ou de l’impossible partage de la Palestine,) la montée et la radicalisation des fondamentalismes, l’insertion plus juste des femmes dans des sociétés traditionnellement masculines, la lutte contre la corruption, la difficulté à garantir la liberté de penser.

L’échec des solutions extrêmes est flagrant. Notre seule certitude est la nécessité de promouvoir, d’apprécier et de soutenir toute mesure qui porte en elle une avancée vers l’égalité des droits et devoirs de tous ceux qui vivent dans les pays concernés.

Cette année le Liban est le pays invité au Festival. C’est la meilleure preuve de notre amitié.

Nous n’oublions pas que le Liban, avec ses quatre millions d’habitants, a du accueillir 300.000 palestiniens, en grande partie dans les villes du sud, que ces familles attendent depuis 50 ans une solution de « retour » ou, en tout cas d’indemnisation, et qu’elles font, une fois encore partie des centaines de milliers de personnes déplacées

Nous n’oublions pas non plus que le Liban, qui se remet à peine de sa longue guerre civile, pays multi-ethnique, ouvert sur les relations avec le monde, est le pays le plus francophone de la région, le plus tolérant, mais, de ce fait, très vulnérable, nous connaissons tous des amis qui ont de la famille au Liban, et dont nous apprécions la chaleureuse amitié, les qualités artistiques, intellectuelles et, pour tout dire, «humaines».

Le Festival est, avant tout, le point de rencontre des cultures. Il ouvre une tribune aux réalisateurs des pays arabes , la possibilité de réunir le public; les œuvres et leurs réalisateurs
Le cinéma est l’outil privilégié, mais l’espace livres, les spectacles, les expositions, les espaces de restauration (à noter la prestation tous les soirs de repas libanais), facilitent les contacts entre les générations et les origines si variées de la population de notre région, depuis toujours terre d’immigration et de brassage.

L’audience du Festival se trouve renforcée par les lieux de décentralisation, où la projection des films s’accompagne toujours de week-end ou de semaines dont le contenu enrichit l’aspect purement cinématographique .

Sur place, à Fameck, et dans les salles voisines du Val de Fensch, (Hayange, Sérémange-Erzange, Florange) les conditions de projection, et le nombre de places plus important permet une grille de programmation encore améliorée. et des conditions plus confortables.

Le Festival de Fameck garde son côté convivial, ses structures légères et bénévoles, trop peut-être, mais il confirme son importance: les milieux du cinéma, les représentants culturels des pays concernés, les organismes régionaux sont de puissants soutiens. Le public est de plus en plus nombreux et le renom du Festival marque sa qualité.

Malgré tous les aléas, toutes les difficultés, les périodes de découragements devant la répétition tragique de l’histoire, c’est pour nous le plus puissant encouragement à persévérer. »

Mario Giubilei, Président du Festival
René Cahen, Vice Président de la FOL Moselle

Pour plus d’informations sur le programme, voir le site du Festival du Film Arabe de Fameck.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article