6924 régularisations : cynisme, bluff et arbitraire !

Publié le par Le Blog du MRAP Fédération de Moselle

   Le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy a annoncé dans une interview à France 2 que "le chiffre exact" et "final" de parents sans papiers d'enfants scolarisés qui ont été "régularisés est de 6.924 personnes".

"C'est le chiffre final puisque, maintenant, la circulaire est terminée (son délai est expiré), nous en revenons à la procédure dite normale", précise M. Sarkozy dans l'émission "Complément d'enquête".

Dans sa circulaire du 13 juin dernier, le ministre fixait six critères à prendre tous en compte pour que les préfets acceptent la régularisation des demandeurs, notamment la résidence habituelle en France depuis au moins deux ans, la scolarisation effective d'un de leurs enfants en France au moins depuis septembre 2005 et une réelle volonté d'intégration de ces familles.

Le ministre de l'Intérieur avait estimé dès le mois d'août, qu'il y aurait "6.000 régularisations sur 30.000 dossiers". C’est donc bien d’un quota qu’il s’agissait et non pas d’une étude sérieuse sur la base des critères annoncés au départ. Le nombre final de régularisations annoncé n’est pas une surprise. Le nombre de personnes qui devaient être régularisées avait été arrêté par le ministère avant même que les préfectures aient commencé à examiner les dossiers !

Pour le Réseau Education Sans Frontières et les associations qui soutiennent les enfants scolarisés et leurs parents sans papiers, la fin de l’application de la circulaire n’est que la fin d’un mensonge, d’un grand bluff : non seulement les critères n'étaient pas satisfaisants mais leur mise en application était d'un arbitraire total.

Ce ne sont pas les familles qui rentraient le mieux dans ces critères qui ont été régularisées, ce sont celles qui se sont présentées le plus vite au guichet des préfectures. Ainsi à Paris  toutes les familles ayant présenté un dossier à Paris en juillet ont été régularisées, tandis qu'une très grande majorité de celles qui ont fait cette démarche en août ont été déboutées.
En Moselle, 68 dossiers ont été suivis d’une régularisation et 109 ont été refusés.

Le but de cette circulaire était surtout casser une mobilisation citoyenne en faveur des enfants scolarisés. Il s’agissait pour Sarkozy de « calmer » le jeu face aux manifestations de toutes natures :  responsables d’établissements scolaires, enseignants, parents d’élèves, associations et citoyens apportant leur soutien aux enfants et parents sans papiers, des centaines de parrainages par des élus de différents bords politiques, des milliers de pétition, des rassemblements partout en France .

Cette mobilisation va se poursuivre. Le Réseau Education Sans Frontières appelle à la vigilance et à l’action pour refuser les expulsions et exiger la régularisation des enfants et des parents sans papiers.


18.09.2006



Publié dans Actualités

Commenter cet article