Sans papiers mais pas sans chiffons !

Publié le par Le Blog du MRAP Fédération de Moselle


   Un Mauritanien en situation irrégulière qui lavait depuis six ans les vitres du commissariat d'Orléans a été interpellé début juin sur son lieu de travail après qu'un policier lui eut demandé ses papiers, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Alassane Tall, 46 ans, a été remis en liberté le lendemain, le juge des libertés et de la détention (JLD) ayant annulé la procédure d'interpellation pour absence de "base légale".
 
L'homme, qui travaillait pour une entreprise de nettoyage orléanaise, se rendait une fois par mois à l'hôtel de police d'Orléans pour y nettoyer les vitres. Connu de tous, il justifiait de son identité en donnant son nom à l'accueil. Mais le 10 juin, un fonctionnaire plus pointilleux lui a demandé ses papiers. Le Mauritanien a sorti sa carte vitale. Salarié, il paie cotisations sociales et impôts. Sans papiers, il est interpellé et placé en rétention administrative. Le lendemain, le JLD du tribunal de grande instance d'Orléans, saisi par le préfet d'une demande de prolongation de la période de rétention, annule la procédure. Le parquet n'a pas fait appel.
 
Alassane Tall est arrivé en France en juin 2002. Il a rapidement trouvé du travail. En octobre, à Orléans, il a milité à la tête d'un collectif de travailleurs sans-papiers et est passé à la télévision pour réclamer l'attribution de titres de séjour.

Source : agences

Publié dans Migrations

Commenter cet article