Conférence sur Darwin à Thionville

Publié le par Le Blog du MRAP Fédération de Moselle


«L’Effet Darwin, de la sélection naturelle à la naissance de la civilisation»

 

Conférence de Patrick TORT 
professeur au Muséum national d'Histoire naturelle,
Directeur de l’Institut Charles Darwin International

  Vendredi 6 mars 09 à 20h30,

salle du Beffroi à THIONVILLE (57100)

 

Un article de Laurence SCHMITT, publié dans le quotidien régional Le Républicain Lorrain le 22.02.2009 

 

Le triomphe de Darwin

    Patrick Tort, philosophe et historien des sciences, spécialiste du darwinisne, traitera de la sélection naturelle et de la naissance de la civilisation dans une conférence à Thionville, le 6 mars.

J’ai beaucoup plus appris avec Darwin qu’avec n’importe quel philosophe. » Pour Patrick Tort le doute n’est pas permis. Darwin demeure une base essentielle dont on a encore beaucoup à apprendre et à comprendre. Point de passion inconditionnelle dans cette assertion. Juste «un intérêt intellectuel profond » qui a mené l’homme à plancher trente années (!) durant sur les ?uvres de Darwin, publier de nombreux ouvrages dont le fameux Dictionnaire du darwinisme et de l’évolution, devenu référence mondiale, ou encore fonder en 1998 l’Institut Charles Darwin international.


À la base, Patrick Tort est un spécialiste du XVIIIe siècle et de la pensée des Lumières. «Au cœur de l’anthropologie des Lumières s’articulait déjà la question des origines. Origine des peuples, des langues, des cultures, des religions… Forcément, j’ai continué avec la théorie de l’évolution et l’origine des espèces ». Quand le discours des Lumières sur l’Homme rencontre le discours biologique sur l’évolution du vivant… Mais c’est un déclic supplémentaire, une question profondément humaine qui a fait plonger le philosophe tout entier dans l’œuvre de Darwin. «L’Afrique Noire et l’enseignement que j’y ai dispensé ont en partie déterminé mon basculement dans l’histoire des sciences », reconnaît-il.


Ses étudiants pensaient que Darwin portait la responsabilité de leur relégation historique, comme si son interprétation de la nature et de sa loi du triomphe des plus aptes pouvait justifier leur prétendue "infériorité". «Je leur ai promis de leur répondre. C’est ce que je fais depuis trente ans ! »
«J’ai commencé en lisant les textes de Darwin ». Tout simplement. «Sans aucun a priori,» affirme le théoricien des sciences. Mais depuis ­ et Patrick Tort n’a pas attendu l’actuel bicentenaire couplé au 150e anniversaire de la publication de L’Origine des espèces ­, il ne cesse d’expliquer que Darwin a été mal interprété. Darwin est aux antipodes de toute la pensée raciste, colonialiste, inégalitaire ou exterminatoire qu’on a pu lui prêter. «Au contraire, il fixe le degré de civilisation d’une nation au niveau de protection qu’elle accorde aux plus faibles. »


Lors de sa sortie en 1859, L’Origine des espèces avait beau traiter de l’origine de toutes les espèces, la presse de l’époque la réduisit presque aussitôt à une "théorie des singes". Darwin, lui, avait compris que les espèces se transformaient au fil du temps, et que l’espèce humaine elle-même était issue d’une longue ascendance. «Penseur de la civilisation », reprend Patrick Tort. «Personne ne l’a lu et tout le monde en parle », poursuit l’historien des sciences. Les religieux continuent à s’y attaquer. Certains "progressistes" aussi, qui n’ont pas lu La Filiation de l’Homme. «Toutes sortes de critiques, aussi peu instruites que partielles. Mais Darwin triomphe à chaque fois, pour des raisons qui tiennent autant à la structure logique de sa théorie qu’à sa pertinence naturaliste ».


Aujourd’hui, plus la biologie avance, plus les chercheurs valident le scénario darwinien. «Parce que Darwin était un grand travailleur, un grand penseur mais aussi un grand observateur, un grand expérimentateur en botanique, en zoologie…». Des travaux d’une diversité étourdissante. Il a écrit sur les orchidées, les bernacles, la domestication, l’évolution humaine, l’expression des émotions, les plantes carnivores, la géologie, les vers de terre… Plus que tout, «il demeure un immense théoricien du devenir et des tendances évolutives ». Patrick Tort estime même que notre société gagnerait à intégrer son idéal de civilisation altruiste et d’empathie globale envers les êtres vivants. «Une partie de son horizon de pensée demeure totalement ignorée, parce que nous nous sommes ancrés dans une certaine idée coloniale de la civilisation, envers les peuples comme envers la nature. »

 

Patrick Tort (né en 1952) est un philosophe et historien des sciences français. Il est le théoricien de l’« analyse des complexes discursifs » et professeur détaché au Muséum. Spécialiste du darwinisme, il a fondé en 1998 l'Institut Charles Darwin international.
Il a publié et dirigé de nombreux ouvrages consacrés à Darwin dont le Dictionnaire du darwinisme et de l’évolution Œuvres de Darwin en trente-cinq volumes, dont la parution a commencé en novembre 1999 aux éditions Syllepse avec la Filiation de l’homme.
Patrick Tort a également assuré la direction scientifique de l’exposition Darwin de l’Association Science Technologie Société et du film Darwin et la science de l’évolution réalisé par Valérie Winckler.
Il est chevalier des Arts et des Lettres et lauréat du prix Philip Morris 2000 d'histoire des sciences pour l'ensemble de son œuvre.
 

 

Commenter cet article