Premier anniversaire de LAISSEZ-LES GRANDIR ICI !

Publié le par Le Blog du MRAP Fédération de Moselle

 

LAISSEZ-LES GRANDIR ICI !

 Il y a un an, le 5 mars 2007, un groupe de 307 cinéastes présentait leur nouveau film : 16 enfants, filmés en gros plan, lisaient le texte qu'ils avaient écrit : « Laissez-nous grandir ici ! »
 

En un an, ce petit film a été vu par plusieurs centaines de milliers de personnes, en salle et sur internet. Le texte des enfants a été soussigné par près de 110.000 personnes. Il a eu une audience internationale grâce aux 15 versions sous-titrées, dont beaucoup de traductions proposées spontanément au RESF (Réseau Education Sans Frontières).

 RESF.gif En un an aussi, 3 de ces enfants ont eu la joie de voir leur famille régularisée ; mais l'une a dû subir une nouvelle fois la menace de cette nouvelle « invitation » à quitter la France : l'OQTF. Les autres continuent de vivre avec la peur dans une clandestinité subie.
 
En un an, 2 des cinéastes ont été confrontés à l'horreur d'une expulsion par avion, ont osé protester et dire leur solidarité, ce qui a valu à l'un d'entre eux d'être débarqué et retenu en garde-à-vue.

En un an, un nouveau ministre, à la tête d'une administration tentaculaire, impose une politique du chiffre dont on ne compte plus les dégâts : au-delà de chaque drame humain derrière les 25.000 expulsions, combien d'enfants expulsés avec leurs parents ? Combien de familles explosées après l'expulsion d'un parent ? Combien de défénestrations, mutilations et tentatives de suicide dans les « Centres de Rétention » ? ? Et combien de blessures invisibles, infligées par cette peur sourde et ces humiliations quotidiennes, blessures dont les dégâts se révéleront sans aucun doute à long terme, aussi bien chez ces enfants que chez leurs petits camarades de classe en sursis ?

En un an, aussi, cette politique brutale a provoqué jour après jour et dans tous les coins de France des situations tellement dramatiques et absurdes que de plus en plus de citoyens, ici et en Europe, ouvrent les yeux et osent s'y opposer, chacun selon ses talents et possibilités. Ce mouvement sera-t-il assez fort pour renverser la tendance ?


Pour rejoindre RESF, signer les pétitions ou participez aux initiatives des collectifs locaux, cliquez sur ce lien

Publié dans Citoyenneté

Commenter cet article