Sortie en salle du film «Détention secrète»

Publié le par Le Blog du MRAP Fédération de Moselle

 
Le 9 janvier 2008, sortira en salles le film «Détention secrète» de Gavin Hood. Ce film est soutenu par Amnesty International.

 

a-detention-secrete.jpg
Synopsis : 

Alors qu’il rentre d’un voyage à l’étranger, Anwar El-Ibrahimi, un ingénieur chimiste américain d’origine égyptienne, est enlevé par la CIA qui le soupçonne d’être un terroriste. Il est secrètement envoyé vers un pays d’Afrique du Nord pour y être interrogé.
Pour sa première mission, Douglas Freeman, un analyste de la CIA, est chargé d’assister à l’interrogatoire d’Anwar par une police secrète qui n’hésite pas à utiliser la torture. Face au caractère aussi inhumain qu’illégal de cette séance, le doute va naître dans l’esprit de Douglas quant à sa mission et à la ligne de conduite de son gouvernement.
Pendant ce temps, aux Etats-Unis, la femme d’Anwar tente de comprendre ce qui est arrivé à son mari et remonte jusqu’aux plus hautes sphères de l’Etat…

Un film de Gavin Hood. Durée : 2 h 02

avec Jake Gyllenhaal, Reese Witherspoon, Alan Arkin, Peter Sarsgaard et Meryl Streep.

Sortie en salles le 9 Janvier 2008.

 

Amnesty International mène campagne contre les mesures de lutte contre le terrorisme qui nuisent au respect des droits humains. Le film Détention secrète recoupe les préocupations d'Amnesty sur les transferts illégaux de détenus (les "restitutions"), les détentions secrètes et le recours à la torture dans la guerre contre le terrorisme.
Ce film s'inspire de faits réels qui sont autant de cas individuels défendus par Amnesty International tout au long de la campagne "Contre le terrorisme : la justice".
Il s'agit là d'autant de raisons pour Amnesty de s'associer à la sortie de ce film pour faire porter son message auprès d'un large public.

 
 

Dans la guerre qu’ils ont déclaré au terrorisme et en instrumentalisant le thème de la sécurité des États ont infligé des souffrances à des détenus en utilisant des méthodes abjectes et cruelles qui sont pourtant formellement interdites par le droit international depuis longtemps.
Quand un gouvernement utilise la torture ou d’autres mauvais traitements, il encourage lui-même le recours à des tactiques de terreur.

Les tortionnaires se placent sur le même plan que les terroristes quand ils nient la dignité humaine au motif de garantir la sécurité, objectif légitime, trop souvent «détourné».

 

Pour garantir notre sécurité, il est essentiel de protéger les droits fondamentaux de tous.

 
Les États-Unis et de nombreux autres états sont impliqués dans la pratique illégale des  «Restitutions», dans le cadre de la «guerre contre le terrorisme», a conduit au transfert secret de beaucoup d’hommes dans des pays où ils ont été maltraités ou torturés et maintenus en détention prolongée sans inculpation.

 

> Voir le site d’Amnesty International


Commenter cet article